Mon adoption était en préparation avant ma naissance. Mes parents adoptifs étaient mariés depuis environ 9 ans et n'avaient pas pu tomber enceinte. Ma mère adoptive ne voulait rien de plus que d'être maman. Ma bio-mère était mariée, mais avait été intime avec le mari d'une autre femme. Bio-maman a connu l'évitement social qui était courant au début des années 60, notamment le fait d'être rejetée par sa propre mère. Elle avait une fille de son premier mariage, de quatre ans mon aînée, et son mari était en train d'essayer de se séparer, lui et leur fille, de ma mère. Ma sœur aînée fut ballottée entre les deux, envoyant ma bio-mère dans un état suicidaire. Entre-temps, elle avait rencontré mon bio-père et j'ai été conçu.

Bio-maman resta dans un service psychiatrique pendant environ trois semaines de son plein gré parce qu'elle se sentait suicidaire. C'est là qu'elle a appris qu'elle était enceinte de moi. Elle se sépara de son mari et finit par vivre avec un autre homme et apparemment c'était une relation intime aussi parce qu'elle m'a dit dans une lettre qu'elle envisageait de l'épouser mais a découvert qu'il la trompait. Pendant ce temps, elle a terminé ses études secondaires. Peu de temps après la rupture avec son «concubin», elle s'est remariée et j'ai un frère, quatre ans plus jeune que moi, issu de ce mariage. Mais, elle n'avait pas encore fini. Ses maris étaient tous violents et bien qu'elle soit restée mariée avec le père de mon jeune frère pendant quelque part entre 16 et 20 ans, cela s'est terminé par un divorce. Trois jours après le divorce, du père de mon frère, selon les registres de mariage sur Ancestry.com, elle s'est remariée et est restée avec cet homme jusqu'à son décès en 2003. 

D'une manière ou d'une autre, le médecin que ma mère biologique et ma mère adoptive consultaient a obtenu des informations sur mes parents biologiques. Elles contenaient l'anniversaire, le nom et l'état de naissance de bio-maman. Avec cela, j'ai pu obtenir une copie de son acte de naissance. À partir de là, j'ai commencé à écrire des lettres à des personnes de son Etat de naissance qui portaient le même nom de famille. J'ai contacté un cousin qui avait l'adresse de bio-maman. Je lui ai écrit. Je n'oublierai jamais notre première conversation au téléphone. La première chose qu'elle a dite a été "Qui êtes-vous et qu'est-ce que vous me voulez ?", d'un ton clairement agressif. Mon cœur s'est serré mais j'ai tenu bon et elle s'est adoucie avant que nous raccrochions le téléphone. Je lui ai dit des choses que seule sa fille biologique, abandonnée pour adoption, pouvait lui dire, parce qu'elle avait été si secrète à propos de son "erreur". Je connaissais le nom de famille de mon bio-père et une description de lui.

De là, j'ai pu retrouver ma famille biologique paternelle. Ils ont été choqués d'apprendre que leur père avait été infidèle. Le seul bio-demi-frère qui a communiqué avec moi a dit qu'étant donné la propension de leur père à 'se promener', les laissant sans argent et rien à manger, il n'aurait pas dû être surpris de découvrir que son père avait eu une affaire. J'ai pu fournir suffisamment d'informations, dont la plupart m'ont été fournies par ma bio-mère, pour au moins convaincre le demi-frère de faire un test ADN avec moi. La famille paternelle ne pouvait tout simplement pas comprendre cela et était très sceptique, voire effrayée, que je sois une sorte d'escroc. Le test ADN a prouvé que mon demi-frère et moi étions demi-frères. Le test a donné une probabilité de 99.98% que nous partagions le même père. De là, j'ai pu rencontrer un autre frère et lui parler au téléphone. Les sœurs n'ont jamais semblé intéressées par un contact avec moi, une surtout parce qu'elle n'a que quelques mois de plus ou de moins que moi.

Mon adoption n'a jamais été tenue secrète. J'étais chérie par ma mère adoptive et complètement acceptée par sa famille. Mon père adoptif avait des problèmes – il n'était pas très mature – et je crois maintenant qu'il souffrait peut-être d'une maladie mentale, peut-être maniaco-dépressif, mais peut-être aussi d'un trouble de la personnalité. Quoi qu'il en soit, revenons à l'adoption. En raison des informations que ma mère adoptive avait, qui étaient en quelque sorte mélangées mais presque exactes à cet égard, je savais que j'étais en partie amérindienne. J'avais l'impression que j'étais 1/16 Cherokee parce que ma bio-mère pensait qu'elle était 1/8 Cherokee. La recherche sur Ancestry.com n'a trouvé aucun ADN autochtone de mon côté maternel descendant du supposé parent Cherokee. Mais ce qui n'était pas dans les notes de ma mère adoptive, c'est que mon père était 1/16 Chickasaw. Donc, l'identité pour moi était la suivante : j'étais en partie amérindienne. Je pensais que c'était quelque chose qui me donnait une identité, un caractère unique et une sorte de valeur. Je m'y suis accroché parce que c'était tout ce que j'avais pour définir mon histoire génétique. Cela est devenu excessivement important pour moi bien que je n'en ai eu aucune documentation ou "preuve".

Ainsi, après avoir rencontré mon demi-frère biologique et découvert que lui et tous ses frères et soeurs ont leur citoyenneté avec la nation Chickasaw, j'ai décidé d'obtenir la mienne également. C'est quelque chose qui doit changer dans notre système juridique et nos systèmes de services sociaux : les enfants adultes adoptés doivent avoir un accès plus facile à leurs actes de naissance. Je ne sais pas comment faire cela d'une manière équitable et sûre pour toutes les parties concernées, mais de nos jours, il est ridicule d'être si strict avec les dossiers. L'Etat où je suis née et où j'ai grandi a assoupli ses restrictions, mais comme je suis née avant une certaine date, mes dossiers sont toujours scellés. C'est en cours depuis plus de trois ans maintenant et c'est ridicule car j'ai déjà des contacts avec ma bio-famille. Mais cela ne satisfait pas le BIA ou les Chickasaws : ils veulent des documents « officiels » et judiciaires. Et, bien qu'un autre test ADN par un laboratoire privé non reconnu, et par Ancestry.com, ait identifié mon demi-frère et moi comme frère et sœur, cela ne satisfait pas le BIA ou les Chickasaws.

Les actes de naissance sont un problème auquel j'ai dû faire face en tant qu'adoptée. Je vais maintenant aborder le point de vue d'un enfant qui a connu des parents divorcés. Comme je l'ai dit, mon père adoptif avait des problèmes. Il avait tendance à ne pas rentrer à la maison pendant des jours. J'ai grandi en pensant qu'il était normal que les pères restent au travail alors qu'ils avaient beaucoup de travail à faire. C'est ce qu'on m'a dit. Papa n'était pas aussi fiable que ma mère l'aurait souhaité. Elle n'a finalement pas pu le supporter plus longtemps et a décidé que le divorce était la seule réponse à ses problèmes. Après 19 ans de mariage, et papa disparaissant à plusieurs reprises, ils ont divorcé juste avant mon 9e anniversaire. Environ un an plus tard, maman s'est remariée. Elle a avoué à une amie chère qu'outre la sécurité financière qu'elle recherchait, elle était probablement plus attirée par mon beau-père physiquement qu'autre chose. J'admets, étant moi-même une femme, que les femmes sont extrêmement intéressées par la sécurité, surtout lorsqu'elles ont des enfants. Ma mère adoptive est tombée enceinte quelques mois après ma naissance. Le garçon a eu une naissance difficile, puis a grandi avec un trouble d'apprentissage et des problèmes de comportement. Ma mère, que Dieu la bénisse, a consciencieusement et héroïquement pris soin de lui. Mon frère adoptif était une crise après l'autre pendant que je grandissais. Donc, maman était vraiment motivée pour trouver un mari avec une bonne assurance maladie. Elle a trouvé ça chez mon beau-père. Mais mon beau-père avait aussi des problèmes. Parce qu'il est toujours en vie, il va avoir 92 ans cette année, je vais limiter ce que j'ai à dire sur lui mais je peux dire sans hésitation que j'aurais préféré mon père adoptif non fiable. Il n'y avait aucune affection ou affirmation de ma valeur avec mon beau-père, et pas mal d'intimidation aussi. Quoi qu'il en soit, cela a duré environ un an. Maman a divorcé. A ramené papa pendant quelques années. À ce moment-là, mon frère adoptif avait des crises d'épilepsie et n'était tout simplement pas en mesure d'aller à l'école. Les problèmes de comportement se transformaient en quelque chose comme la schizophrénie. Maman avait un choix à faire et ce n'était pas dans son intérêt, c'était dans l'intérêt de mon frère. Elle a viré papa et a recommencé avec mon beau-père. Il y a beaucoup plus dans l'histoire, mais c'est le point culminant de celui-ci. Maman s'est finalement remariée avec mon beau-père et ils sont restés mariés jusqu'à son décès en 2011. Mais ce n'était pas un mariage heureux pour elle et elle a regretté d'avoir expulsé papa la deuxième fois parce qu'il avait grandi à ce moment-là. Mais il ne pouvait pas assurer la sécurité financière de mon beau-père et maman était déterminée à s'assurer que mon frère avait ce dont il avait besoin en matière de soins médicaux.

Puis-je lui en vouloir ? Non. Mais la réalité est que mon père adoptif et moi avons souffert. J'ai vécu tellement de guérison pendant que papa vivait avec nous entre les mariages avec mon beau-père. J'étais dévastée quand maman l'a mis à la porte, comme je l'étais quand on m'a expliqué à 8 ans que papa n'allait plus vivre avec nous parce que maman et papa se séparaient définitivement avec cette chose appelée divorce. J'avais 13 ans quand papa est parti la deuxième fois. Mauvais timing. Est-ce une surprise que je souffre de dépression ?

Je pardonne à mes parents. J'aime mes parents. Je ne suis pas si indulgente ni remplie de grâce envers mes bio-parents, mais je comprends qu'ils étaient des gens brisés et on fait ce que font des gens brisés. Ont-ils fait ce qui était juste ? Non. Était-ce nocif ? Oui.

Alors qu'est-ce qu'on fait avec ça ? Nous reconnaissons la vérité que les enfants ont besoin d'une mère et d'un père biologiques mariés pour des conditions optimales pour grandir et mûrir. C'est difficile à réaliser en réalité mais c'est idéal. Mon mari et moi serons bientôt mariés 31 ans. Cela n'a pas toujours été facile, mais nous sommes restés ensemble parce que nous croyons que c'est la volonté de Dieu, d'abord, et parce que c'est ce qu'il y a de mieux non seulement pour nos enfants mais pour la société dans son ensemble. Nos deux filles ont excellé à l'école, ont terminé l'université parmi les meilleures de leurs classes et vivent de manière indépendante. Elles ne se droguent pas, ells ne couchent pas avec n'importe qui. Elles ne boivent pas. La fille cadette m'a brisé le cœur en vivant avec son petit ami mais c'est vraiment la seule relation sérieuse qu'elle ait eue. J'approuve le jeune homme et j'espère qu'ils se marieront un jour. Nos enfants vont bien. Nous ne sommes pas des parents parfaits, mais nos enfants s'en sont sortis avec très peu de regrets et de dures leçons. Cela a valu la peine de mettre de côté mes désirs égoïstes pour voir mes enfants réussir. Elles voient toutes les deux la valeur du fait que leurs parents soient restés mariés parce qu'elles voient dans quel gâchis sont leurs camarades de classe qui ont des parents qui ne sont pas restés mariés ou qui ont eu plusieurs partenaires.

Au lieu d'éduquer notre société sur les avantages d'élever des enfants dans un mariage, notre société vénère l'auto-indulgence des adultes. C'est honteux et effrayant car cela ne peut amener que des regrets. Je suis reconnaissante de savoir que quelque chose est fait pour attirer l'attention sur ce problème.

Découvrez notre nouveau livre !

Ce livre associe une recherche de référence à des centaines d'histoires d'enfants, dont beaucoup n'ont jamais été racontées auparavant.

Share