(Initialement publié dans le Washington Examiner)

Tsa semaine, 47 républicains de la Chambre ont rejoint le Parti démocrate pour passer le Loi sur le respect du mariage, un projet de loi au nom trompeur qui codifierait la légalisation de le mariage gay et officialiser notre abandon culturel de la structure conjugale traditionnelle. Conçu principalement pour annuler la loi bipartite de 1996 sur la défense du mariage, il semble que 10 républicains du Sénat sont également d'accord avec l'addition.

Les législateurs qui soutiennent cette mesure semblent avoir oublié la raison centrée sur l'enfant DOMA a été adopté en premier lieu. Ça disait:

Au fond, la société civile a un intérêt à maintenir et à protéger l'institution du mariage hétérosexuel parce qu'elle a un intérêt profond et constant à encourager une procréation et une éducation responsables. En termes simples, le gouvernement s'intéresse au mariage parce qu'il s'intéresse aux enfants.

Lorsque la Cour suprême a invalidé une grande partie de DOMA dans ses deux États-Unis c. Windsor et Obergefell v. Hodges décisions, il a largement ignoré les intérêts et les besoins des enfants, se concentrant plutôt sur les désirs des adultes. Mais ce qu'un adulte veut n'est tout simplement pas aussi important que ce dont un enfant a besoin, et il n'en reste pas moins que les enfants besoin à la fois d'une mère et d'un père — et les priver de l'un ou de l'autre affecte leur identité et leur développement.

Après co-rédaction d'un mémoire d'amicus en Oberefell, Je spéculé sur exactement comment le mariage homosexuel porterait atteinte aux droits des enfants :

Redéfinir le mariage redéfinit la parentalité. Cela nous amène bien au-delà de notre philosophie « vivre et laisser vivre » dans le pays où notre société promeut une structure familiale où les enfants subiront toujours une perte. Ce sera notre politique, estampillée et scellée par la plus puissante des institutions gouvernementales, que ces enfants auront leur droit d'être connus et aimés par leur mère et/ou leur père dépouillés d'eux dans tous les cas. Dans les ménages dirigés par le même sexe, les désirs des adultes l'emportent sur les droits de l'enfant.

Maintenant que nous avons sept ans de mariage homosexuel dans notre ceinture nationale, je peux malheureusement dire : "Je vous l'avais dit". Pas deux ans après Oberefell, la Cour suprême a statué dans Pavan contre Smith que le père d'un enfant peut être légalement et immédiatement exclu de la vie de l'enfant si la mère est mariée à une autre femme. Le résultat est que les enfants ne sont pas du tout considérés comme ayant droit à une mère et à un père. En fait, vous auriez du mal à trouver une institution fédérale prête à dire que les enfants devrait avoir une mère et un père. Agir ainsi serait considéré comme discriminatoire. Alors, Oberefell n'a pas seulement réécrit le mariage - il a réécrit l'enfance.

Le problème est que, quoi que dise le tribunal et quel que soit le vote de la Chambre ou du Sénat, la réalité biologique reste inchangée. Les enfants sont toujours le produit naturel d'une relation sexuelle entre un homme et une femme. Enfants toujours ont droit aux deux adultes responsables de leur existence. Mères et pères toujours offrent des avantages distincts et complémentaires aux enfants. Un mariage entre un homme et une femme est toujours la seule relation qui unit la mère et le père d'un enfant.

De plus, les enfants veux toujours leur mère et leur père. Mon organisation à but non lucratif Them Before Us recense les histoires d'enfants qui ont perdu leur mère ou leur père à divorce/abandonreproduction par des tiers, ou parce qu'ils ont parents de même sexe. Et ce que nous avons appris, c'est que quelle que soit l'évolution de la culture, de la technologie ou de la loi, le désir des enfants pour l'amour maternel et paternel ne change pas. Comme un homme conçu par un donneur de sperme avec deux mères écrit:

Je me sens complètement seul dans cette tristesse. J'ai passé mon adolescence à envier mes amis avec des pères, souhaitant plutôt être né dans leur famille. Aussi prétentieux que je sache que cela puisse paraître, je ne me suis jamais senti validé en tant qu'homme hétéro en grandissant. … Je me sentais coupable et mal d'être un garçon parce qu'il n'y avait personne dans ma famille comme moi.

Nous ne pourrons jamais légiférer pour éliminer le désir d'un enfant pour sa mère et père, et nous ne devrions pas essayer. Ceux qui soutiennent la loi sur le respect du mariage le font aux dépens des enfants avides de mère et de père qui se verront intentionnellement refuser l'un de leurs parents afin que les adultes puissent se vanter d'être du bon côté de l'histoire.

Pour les législateurs qui refusent de plier, ils peuvent plutôt se vanter d'être du bon côté des enfants.