J'ai grandi avec une famille incroyable. Mon père est un père aimant et tendre et a toujours été un bon pourvoyeur pour sa famille. Ma mère était une mère au foyer attentionnée, intelligente et aimant s'amuser qui a tout donné pour ses enfants. Je suis heureuse qu'elle ait été une mère dévouée pendant les jeunes années de notre famille parce que sa vie a été écourtée par le cancer quand j'avais neuf ans. Nous étions six enfants et mon père nous a élevés pendant neuf ans en tant que père célibataire après la mort de ma mère alors que je traversais l'adolescence. 

Quand j'étais en terminale au lycée, mon père a épousé ma belle-mère, ce qui a amené ses quatre enfants plus jeunes dans la famille. J'ai toujours été reconnaissante que dans l'ensemble, pour une situation de famille recomposée, tout le monde ait fait de son mieux pour en tirer le meilleur parti et cela a bien fonctionné pour nous tous. Dans les coulisses, cependant, mes frères et sœurs d'origine et moi avons tous éprouvé beaucoup de douleur à la suite de la fusion des familles à cause du favoritisme de ma belle-mère envers mes beaux-frères et sœurs. Je sais qu'elle a essayé de nous intégrer, mais je suppose que l'on pourrait dire que souvent le mari accepte tout ce que la femme fait, et il y a souvent une nette différence dans l'effort que la mère met naturellement sur ses propres enfants. C'était le cas avec notre famille combinée. En conséquence, ses enfants ont été favorisés par rapport à mes frères et sœurs d'origine. 

Pendant 20 ans, j'ai ressenti une douleur émotionnelle intense, me sentant rejetée et sans importance pour mes parents. Et peu importe la gentillesse avec laquelle j'ai essayé d'évoquer cette douleur, j'ai été rejetée et exclue encore plus par ma belle-mère. Je l'ai intériorisé pour signifier que je ne devais pas être digne d'amour parce que c'était comme une corvée pour elle. Là où j'avais commencé en me sentant excitée à l'idée d'avoir une maman, à la fin j'avais l'impression d'avoir perdu ma proximité avec mon père (nous avions été très proches pendant ses années de célibat), ma mère biologique décédée et ma nouvelle mère (ma belle-mère) en lui étant impossible à aimer. Devoir abandonner tous vos parents et l'éducation que vous savez que vous devriez recevoir mais que vous n'êtes pas est une sorte de douleur que je ne peux pas décrire. C'est un chagrin qui affecte la façon dont vous vous sentez tous les jours.

Le chagrin que j'ai ressenti à toutes les étapes de la vie a été profond et sans fin, en particulier aux étapes les plus importantes de la maternité lorsque j'ai donné naissance à mes cinq bébés et que je n'avais pas cette personne à mes côtés qui me connaissait à la naissance et adore moi et ma progéniture intrinsèquement. Chaque bonne caractéristique de mes enfants, ma belle-mère insisterait, était les gènes de mon mari. J'aspirais à une force derrière moi pour savoir ce qui provenait de mes gènes et me ressemblait aussi, en tant que bébé. 

Quand j'étais adolescent, je regardais les mères de mes amis faire du shopping pour des vêtements d'école ou des danses formelles. J'accompagnais ma meilleure amie lors de ses sorties shopping avec sa mère parce que personne ne m'emmenait. En conséquence, je suis devenue une personne très indépendante, répondre à mes propres besoins est devenu une seconde nature. J'aspirais à ce que quelqu'un me dise ces mauvais jours où je me sentais mal à l'aise à l'adolescence et j'avais besoin de quelqu'un pour me donner des conseils sur ce qu'il ne fallait pas faire avec mes cheveux pour que tout passe. À bien des égards, j'ai eu besoin de ma mère au fil des ans, la douleur est si profonde qu'elle est généralement enfouie dans un puits que très peu ont vu.

Je prends continuellement la décision de faire passer mes enfants en premier et de rester à la maison avec eux pour m'occuper d'eux. Je sais trop bien à quoi ressemble l'absence d'une mère à la maison. Être un parent dévoué, surtout rester à la maison pour élever ses enfants, n'est pas seulement un luxe comme certains essaient de le catégoriser, c'est un sacrifice par choix qui touche des générations. Les enfants ont besoin d'être nourris quotidiennement, généralement à travers les tâches les plus banales. Les nourrir, les conduire, se brosser les cheveux, les ramasser lorsqu'ils se sont écorchés le genou et être là pour eux à travers les différentes étapes qu'ils traversent les relie à vous. C'est ainsi qu'ils se sentent aimés et comment ils sauront aimer en devenant adultes. Bien qu'il existe de nombreuses professions nobles que nous pouvons exercer, il n'y a qu'un seul d'entre vous pour votre enfant. Toute autre profession peut avoir un remplaçant pour vous à tout moment - un enseignant, une infirmière ou même le président - mais vous êtes irremplaçable pour votre enfant. Personne ne pourrait jamais vous remplacer même s'il essayait. Cela ne veut pas dire que ceux qui interviennent avec courage et amour pour combler les lacunes en l'absence d'un parent ne font aucune différence. Ils font une différence extraordinaire ! A ce jour ma grand-mère, ma tante, mes sœurs, mon papa, ma belle-mère, et de nombreuses voisines et mamans d'amis ont comblé les lacunes et je n'ai que le plus d'honneur pour eux. Ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour répondre aux besoins de ma personne et de ma famille et devraient être applaudis. J'ai le plus grand amour et admiration pour eux. 

Le besoin d'un enfant pour sa mère ou son père biologique ne peut être comblé que par cette personne qui correspond à ce rôle de ce sexe. Mon père a rempli son rôle de père de manière spectaculaire. Il a même comblé les lacunes de ne pas avoir ma mère de manière spectaculaire ! Il ne sera jamais en sa capacité de remplir le rôle qui était celui de ma mère. Comprendre cela a été une grande partie de mon processus de guérison.

Je suis venu dans un lieu de guérison pour le chagrin que j'ai ressenti tout au long de ma vie à cause de ma croyance en un Dieu aimant et juste qui arrangera tout un jour. J'ai appris à compter sur Jésus-Christ quotidiennement pour surmonter mon chagrin et ma douleur. Je dis tous les jours car c'est cyclique et ne s'en va jamais. Cela fera toujours partie de ma vie. Les enfants ne cessent de manquer ou d'avoir besoin de leurs parents biologiques, même et surtout à l'âge adulte. Les parents qui s'occupent de leurs rôles uniques font toute la différence dans la vie d'un enfant. J'admire le travail que vous faites pour faire la lumière sur cette vérité et j'espère que beaucoup d'autres partageront leurs histoires pour réaffirmer la vérité du devoir de la société de protéger les droits des enfants.