(Publié à l'origine sur Familles unies internationales)

Le "Les foyers polyparentaux arrivent», nous dit un récent OpEd du New York Times. L'auteur de l'article, Debora Spar, identifie correctement les causes sous-jacentes du changement massif de notre conception de la famille, dont «l'égalité du mariage» et les technologies de reproduction figurent en bonne place. Les deux forces ont contribué à l'évolution de la lentille à travers laquelle les décideurs politiques voient le lien parent-enfant, ce qui a minimisé l'importance de la biologie dans cette relation primordiale. Elle note qu'au cours des deux dernières décennies, les décisions de justice accordent "moins d'attention à la biologie sous-jacente de la conception d'un enfant" et mettent davantage l'accent sur les "conditions contractuelles qui ont initié la naissance de l'enfant".

Spar note que jusqu'à présent, la plupart des technologies de reproduction ont « été des modifications du processus de base de la reproduction sexuée ». Pourtant, Spar reconnaît que même ces "ajustements" ont abouti à des scénarios jamais imaginés auparavant, "deux hommes et une mère porteuse. Deux femmes et un donneur de sperme. Une femme plus âgée utilisant le matériel génétique d'un œuf beaucoup plus jeune.

IVG – le clou dans le cercueil de la famille nucléaire ?

Mais pour Spar, libérer la procréation du sexe ne va pas assez loin pour faire avancer l'égalité. Elle attend avec impatience un moment dans ce qu'elle espère être un avenir pas si lointain où les spermatozoïdes et les ovules eux-mêmes seront inutiles dans la production de nouveaux humains, une ère provoquée non pas par la FIV, mais par la GIV - la gamétogenèse in vitro. Alors que la FIV extrait, combine puis réinsère les spermatozoïdes et les ovules matures, l'IVG en fait crée des les gamètes – spermatozoïdes et ovules – à l'extérieur du corps, à partir des cellules de la peau, par exemple. Le résultat glorieux, selon Spar, est le démantèlement complet de "la structure reproductive de l'hétérosexualité".

"Il était une fois, les défenseurs du mariage hétérosexuel pouvaient affirmer que le mariage était intrinsèquement une union sexuelle entre mari et femme parce que c'étaient les seules unions qui pouvaient produire une nouvelle vie." Spar note qu'IVG pourrait changer "tout ce que nous avons jamais su sur le sexe, les bébés et le mariage". Elle fantasme sur l'application de cette technologie dystopique et sur ceux qui pourraient l'employer, "des trios et des quatuors, vieux et jeunes, hommes et femmes et ceux à travers le spectre de l'identité de genre, se reproduisant avec qui ils choisissent et aimant comme ils le souhaitent". Spar admet "qu'il faudra beaucoup de temps pour démanteler les normes du mariage et de la parentalité qui existent depuis des millénaires", mais pense qu'IVG sera le clou dans le cercueil de la famille nucléaire.

Le démantèlement progressif de la famille

Alors que l'IVG renverserait certainement la définition de la famille, et en fait, la définition de ce que signifie être humain, les mécanismes visant à «démanteler les normes du mariage et de la parentalité» sont en cours depuis 50 ans. Et chaque effort pour défaire ces normes familiales a des résultats désastreux pour les enfants.

L'acceptation généralisée du divorce sans faute dans les années 70 a été le premier démantèlement structurel majeur de la famille. Le divorce prive les enfants de connexion quotidienne qu'ils exigent de leur mère et de leur père et les selle avec toute la vie relationnelpédagogiquementalet Physique nuit. Malgré ce qu'on vous a dit, quand il s'agit de divorcer, les enfants ne vont pas bien.

L'émergence des mères célibataires par choix (SMC) dans les années 90, déclenchée par une fiction Murphy Brown se querelle avec un vrai vice-président, n'a jamais faibli. "Vous ne pouvez pas attendre qu'un homme entre et réalise vos rêves. Vous devez réaliser vos propres rêves », un SMC explique. Bien que la monoparentalité puisse satisfaire les désirs de certaines femmes, les chiffres nous indiquent que le fait d'être élevé par une mère célibataire expose de manière disproportionnée les enfants à un risque de toutes sortes de maux sociaux y compris le suicide, l'itinérance, la consommation de drogue et d'alcool, la grossesse chez les adolescentes, l'incarcération et la pauvreté.

Bien sûr, le mouvement SMC a été rendu possible par le don de sperme, une offre technologique utilisée par de nombreux couples hétérosexuels infertiles. Beaucoup de leurs enfants nés dans les années 70, 80 et 90 sont assez vieux pour s'exprimer. Le résultat? Selon le la plus grande étude jamais menée sur des enfants nés d'un don de sperme, ces enfants « souffrent davantage, sont plus confus et se sentent plus isolés de leur famille. Ils s'en sortent moins bien que leurs pairs élevés par des parents biologiques sur des résultats importants tels que la dépression, la délinquance et la toxicomanie. Contrairement à l'adoption où les enfants perdent leur parent par tragédie, nous savons maintenant que intentionnellement séparer les enfants d'un parent biologique par le don de sperme/d'ovules, même s'ils sont élevés par une mère et un père, est préjudiciable aux enfants. Pourtant, les bénéfices de l'industrie de la fertilité sont plus élevés que jamais et ne fait que croître.

La phase suivante du « démantèlement » familial cible l'importance du genre dans la relation parent-enfant. Les militants ont utilisé les tribunaux et les législatures pour éliminer quelque chose que la biologie exige - une mère et un père. Depuis Obergefell vs Hodges, des efforts ont été déployés à travers le pays pour dé-sexuer le langage parental, supprimer les mots « mère » et « père » des lois sur la parentalité, exigeant deux mamans à inscrire sur les actes de naissance, et déterminant que mentionnant mères et pères dans les lois sur la parentalité est "inconstitutionnelle". Pourtant, lorsque nous écoutons le histoires d'enfants avec des parents de même sexe, nous apprenons que peu importe ce que dit la loi, nous ne pouvons pas légiférer pour éliminer le désir d'un enfant à la fois pour sa mère et père.

Résister à la normalisation de la polyparentalité

Mais Spar a tort lorsqu'elle postule que ceux d'entre nous qui sont sceptiques quant au «démantèlement» du mariage et de la parentalité en général, ou de cette méthode dystopique de reproduction humaine, sont motivés par la «peur». Elle spécule que lorsque l'IVG sera normalisée, le reste du monde «s'habituera» à ces nouvelles formes de famille et cessera de voir les enfants créés par l'IVG comme «effrayants». En réalité, nous résistons au monde futuriste de Spar non par peur, mais parce que nous, citoyens lucides, reconnaissons que chaque nouvel effort progressiste pour « démanteler » la famille a fait des générations de victimes. Plus précisément, les enfants victimes. Il n'y a aucune raison pour que les « foyers polyparentaux » avec enfants créés par IVG soient différents.