(Initialement publié dans Le fédéraliste)

Lundi, les sénateurs Ted Cruz et Katie Britt ont dévoilé leur Loi sur la protection contre la FIV pour garantir que « la FIV est entièrement protégée au niveau fédéral ». Le projet de loi rendrait les États « inéligibles au financement Medicaid s’ils ont décrété une interdiction pure et simple de l’accès à la FIV ».

Cruz présente le projet de loi comme étant pro-vie, car la FIV offre « un espoir miraculeux à des millions d'Américains et a donné aux familles à travers le pays le cadeau d'enfants ». Britt Insiste que « la FIV est favorable à la famille » et constitue une « voie vers la parentalité ».

En réalité, la FIV, et les tentatives de Britt-Cruz pour la protéger, victimisent les enfants – à la fois en termes de leur droit à la vie et de leur droit à la vie. droit fondamental être connu et aimé de leur mère et de leur père. Ce projet de loi n'est ni pro-vie ni pro-famille.

La FIV viole le droit des enfants à la vie

Malgré leur Wall Street Journal PROMETTONS que ce projet de loi « protégera à la fois la vie et la FIV », a esquivé Cruz Annmarie Hordern"Un embryon de FIV est-il considéré comme une vie à la conception ?" question. Au lieu de cela, le sénateur nous assure qu'« il y a unanimité » en faveur de la FIV parmi les 100 sénateurs.

Sa déviation était nécessaire. Répondre « oui, la vie commence dès la conception » tuerait son bec plus vite qu'un embryon de bébé. mauvais sexe dans un centre de fertilité.

En effet, seule une fraction des petites vies créées grâce à la FIV naîtront vivantes. La plupart seront volontairement détruits. Selon une récente Fondation du patrimoine rapport, seulement 3 à 7 pour cent des enfants embryonnaires survivront au processus de FIV. La grande majorité de ces minuscules humains seront jugés non viables ou sous-optimaux et détruits, donnés à la recherche, perpétuellement gelé, ne survivra pas au gel, au dégel ou au transfert, ni ne sera rejeté pour avoir le mauvais sexe, la mauvaise couleur de cheveux ou la mauvaise couleur des yeux. Comme je le fais souvent signalerfaire un bébé l'industrie de la fertilité détruit plus de petites vies annuellement que le bébé avortant .

Cruz explique que sa loi sur la protection contre la FIV promeut un « droit à la FIV… permettant aux gens de devenir parents ». La sénatrice démocrate Tammy Duckworth Loi sur l'accès à la construction familiale a décidé de faire exactement cela plus tôt cette année. Son projet de loi « a établi un droit statutaire pour un individu d'accéder, sans interdiction ni limitation ou interférence déraisonnable, aux services de technologie de procréation assistée, tels que la FIV ».

Cruz et Duckworth conviennent que « la FIV est un miracle ». On se demande pourquoi Cruz n’a pas signé la législation parallèle du démocrate, d’autant plus que lui et Britt espèrent que leur projet de loi recevra un « soutien bipartisan ». Il se pourrait que la facture de Duckworth ait fait explicite ce que Cruz cherche à obscurcir : que l'avortement et la FIV sont deux côtés de la même pièce de monnaie « droits reproductifs ». Les deux traitent les enfants comme des objets de droits et non comme des sujets de droits. Ces deux phénomènes détruisent des centaines de milliers de petits humains chaque année.

Cruz et Britt donnent un laissez-passer à une industrie qui préfère renoncer aux affaires dans les États qui insistent sur le fait que les enfants à naître ont droit à la vie plutôt que de modifier leur modèle économique pour protéger ces enfants.

Pour ceux d’entre nous qui croient réellement que la vie commence dès la conception, nous devons également défier l’industrie de la prise et de la fabrication des bébés. S'il existe un moyen de « protéger à la fois la vie et la FIV », nous ne l'avons pas encore trouvé.

La FIV viole le droit des enfants à leur mère et à leur père

Dans leurs Bloomberg interview, Britt nous assure que son projet de loi est pro-famille. Mais elle estime également que « tous les parents à travers le pays qui souhaitent donner vie à ce monde et qui sont susceptibles de lutter contre l'infertilité ou autres» (c'est nous qui soulignons) devrait avoir « la certitude » de l'accès à la FIV.

Ici, Britt et Cruz font le gros du travail pour les démocrates qui cherchent à rendre les mères et les pères facultatifs dans la famille. La gauche a tenté à plusieurs reprises redéfinir l'infertilitémandater l'accès à la FIV pour les couples célibataires et de même sexe, et insistent sur le fait qu'un accès subventionné à #BigFertility est le prochain front dans l’égalité LGBT. Un « droit à la parentalité » via un « droit à la FIV » est une étape cruciale dans la refonte de la famille nucléaire, le uniquement sous forme familiale qui unit la mère et le père d'un enfant pour la vie.

Vous voyez, lorsque vous créez un bébé en verre – in vitro – il n'est pas nécessaire d'utiliser uniquement les gamètes de la mère et du père de l'enfant. Il est tout aussi facile d'échanger l'ovule ou le sperme d'un tiers et ainsi de séparer intentionnellement un enfant de l'un ou des deux parents génétiques au moment de la conception - des parents qui sont statistiquement le plus sûr, le plus connecté, le plus protecteur et le plus investi dans l’enfant.

Bien que nous ne sachions pas combien d'enfants deviennent orphelins de mère et de père grâce à la FIV (car #BigFertility fonctionne pratiquement sans réglementation), estimations varient entre 30,000 60,000 et XNUMX XNUMX par an. Nous savons qu'il existe des les organisations internationales qui s'appuient sur la FIV pour créer intentionnellement des enfants sans mère. Ces enfants sans mère et sans père auront des difficultés disproportionnées avec problèmes d'identité. Il s'avère qu'il est très difficile de répondre à la question « Qui suis-je ? » lorsque vous ne pouvez pas répondre à la question « De qui suis-je ? »

Si Cruz et Britt définissent la « famille » comme le font les démocrates – comme le font les arrangements qui reflètent les désirs romantiques ou sexuels des adultes – alors bien sûr, la FIV est « pro-famille ». Mais si vous croyez vraiment que les enfants ont besoin, méritent et ont un droit envers leur mère et leur père, alors la FIV est souvent anti-familiale. Il s'agit d'un outil de précision utilisé par une industrie avide d'argent pour détruire les liens familiaux naturels des enfants.

Vous ne pouvez pas être pro-vie et protéger la FIV

Cruz et Britt ont eu beaucoup de tort avec leur loi sur la protection contre la FIV, le principal de ces torts concerne les enfants – ce qu'ils méritent, quand ils naissent et à qui ils appartiennent. La FIV est une menace pour les enfants, pour leur dignité et leur valeur ainsi que pour leurs liens parentaux.

Tout homme politique proposant une législation visant à « protéger la FIV » sans une formulation explicite identifiant que les enfants ont droit à la vie dès le moment de la conception et interdisant l'utilisation de spermatozoïdes ou d'ovules de tiers ou utérus ne sont ni pro-vie, ni pro-famille, ni pro-enfant. Ils sont pro-politiques. Et ils perdent toute crédibilité en ce qui concerne les politiques futures qui mettent en avant la protection de l’enfant à naître ou l’importance des mères et des pères.

Vous pouvez être pro-vie et pro-famille, ou vous pouvez être pro-FIV. Mais on ne peut pas être les deux.